COVID-19 : le secteur animalier inquiet face à d’éventuels actes d’euthanasies et d’abandons d’animaux de compagnie

Une pétition en ligne intitulée « Comité de soutien au vétérinaire de Rhône-Alpes ayant refusé d’euthanasier un chien »  circule depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. L’auteur de la pétition explique que la propriétaire d’un chien aurait demandé à un vétérinaire d’euthanasier son canidé, car persuadée que ce dernier était atteint du coronavirus. Ce témoignage, tel que présenté n’a pu être à ce jour réellement vérifié, alors  vrai ou faux ? Néanmoins l’inquiétude demeure tant chez certains propriétaires d’animaux, que chez les défenseurs de la cause animale.

 

« La grippe aviaire en 2006 avait créé le même vent de panique »

Propagé par les oiseaux migrateurs, le virus avait animé bien des conversations, et même crée une certaine psychose. Bon nombre d’animaux de compagnie c’étaient malheureusement trouvés abandonnés du jour au lendemain, voire même euthanasiés. Depuis, lorsque la grippe aviaire réapparaît de manière périodique, les peurs d’une contamination de l’animal à l’homme se sont dissipées.

 

Les animaux ne sont pas des vecteurs de transmission

 

L’affolement et l’angoisse sont montés d’un cran alors que le chien d’une Hong-Kongaise a présenté d’infimes traces du virus dans son organisme. Mentionnons que la propriétaire était déjà contaminée et que suite à la méconnaissance d’une contamination possible émanant d’un animal à l’homme, les autorités  ont recommandé aux patients positifs au COVID-19 de limiter les contacts envers les animaux. Depuis l’on ne rapporte pas de cas de contagion animal-homme. Les animaux ne sont donc pas des vecteurs de transmission.

Nonobstant cette réalité, les acteurs de la défense animale (refuges, fourrières etc..) craignent de devoir faire face à une vague d’abandon massive entre autres. Désormais il est primordial que les propriétaires d’animaux se rassurent et ne tombe pas dans le système du sauve-qui-peut en abandonnant ou euthanasiant leur chien ou leur chat.

O Poils Magazine