Le laboratoire de veaux Sobeval autorisé à rouvrir

Sobeval

La chaine d’abattage était à l’arrêt depuis le 28 février, date à laquelle la préfecture de Dordogne avait ordonné la suspension d’agrément par le ministère de l’agriculture suite à la diffusion d’une vidéo de l’association L214.

L’interdiction n’aura duré qu’une petite semaine…

Un pas en avant, deux pas en arrière, le préfet vient d’autoriser la reprise partielle de l’abattoir sous certaines conditions : un contrôle renforcé  assujetti par une vétérinaire fraichement recrutée. La professionnelle en santé et bien-être animal devra veiller aux procédures d’abattage, à la formation des personnels aptes à la conformité de ces nouveaux modes, mais également à fiabiliser la surveillance interne.

Brigitte Gothière porte-parole de l’association L214 s’exprime énergiquement, « c’est écœurant de constater qu’une tonne de lisier peut suffire à rouvrir un abattoir ». En effet une manifestation en protestation contre la fermeture de l’abattoir a eu lieu la veille, où fumier et lisier ont été déposés devant la préfecture de Périgueux. Elle constate aussi « qu’il demeure impossible qu’en seulement quelques jours, les failles de la structure, et de la formation du personnel aient été corrigées ». L’intimidation des syndicats, et intérêts financiers passent visiblement avant le respect de la souffrance des animaux.

 

Dans un communiqué la préfecture explique pourquoi suite à une évaluation mardi dernier, que l’abattage était désormais conforme à la réglementation en vigueur concernant la protection des animaux. Un nouveau diagnostic visant à constater que toutes les précautions sont dorénavant respectées, aura lieu dans deux semaines. Il sera procédé par le service d’inspection vétérinaire, dépendant de la préfecture. Le lever de suspension définitive interviendra alors après rapport des services vétérinaires.

O Poils Magazine