Est-ce que les vétérinaires vaccineront les Français ?

L’idée d’une intervention vaccinale des vétérinaires envers les Français afin d’accélérer la campagne de vaccination sera-t-elle mise à exécution par manque de professionnels de santé ? Point de vue du président du Conseil national de l’ordre des vétérinaires.

Consécutivement aux médecins, nous savons désormais que les pharmaciens, les infirmiers, les sages-femmes et peut-être les dentistes seront habilités à administrer les vaccins contre les formes sévères du COVID. Mais qu’en est-il des vétérinaires ? Ont-ils eux aussi l’aptitude et le droit de vacciner les humains ?

 

Jacques Guerin, président du Conseil national de l’ordre des vétérinaires considère que ses confrères vétérinaires sont tout à fait aptes à procéder à de la vaccination sur la population Française. « Ils en ont les compétences requises car leur « clientèle » relève de différentes espèces habituellement ». Néanmoins  le coup de patte des vétérinaires ne s’effectuera qu’en dernier soutien. En effet les vétérinaires suivent des parcours d’enseignement différents de celui des médecins, ce qui soulève une impossibilité juridique d’exécuter tout acte médical sur des patients humains.

 

20.000 vétérinaires en France

Si l’on comptabilise le nombre de professionnels de santé apte à vacciner (infirmiers, pharmaciens, dentistes) ce ne sont déjà pas moins de 715,000 spécialistes à même de procéder à la campagne de vaccination nationale. Alors que l’on ne dénombre que 20,000 vétérinaires actifs sur le territoire. De plus il y a peu de risques que les spécialistes en santé humaine soient dans l’impossibilité de vacciner pour cause d’une saturation des aptitudes humaines. Dans ce cas, l’intervention des vétérinaires ne serait que très modeste.

 

Les vétérinaires pourraient-ils alors vacciner dans les campagnes ?

Qui dit campagne, dit déserts médicaux au niveau des médecins, mais également au niveau des vétérinaires. Donc l’éventualité d’avoir recours à l’assistance des vétérinaires afin de prêter main-forte pour la vaccination demeure peu probable.

 

Les vétérinaires avaient déjà été interpelés au printemps 2020

Les professionnels en santé animale avaient été sollicités et autorisés en avril 2020, à pratiquer le dépistage du coronavirus. Leur collaboration c’était également étendu au prêt de respirateurs envers le milieu hospitalier, mais également  avaient mis à disposition leurs propres laboratoires d’analyses pour soulager les officines d’analyses urbaines.

 

Mobiliser pour vacciner plus vite

Le gouvernement voulant accélérer massivement la vaccination contre le coronavirus, a déjà élargi dernièrement l’autorisation de vacciner aux pharmaciens, aux pompiers, mais demande aussi aux chirurgiens-dentistes de mettre la main à la pâte concernant la vaccination. Comme les vétérinaires, les dentistes ont amplifié leur activité en pratiquant des tests antigéniques. Pour l’heure, aucune décision n’est réellement prise à cet effet.


journaliste, rédactrice en chef

 

 

 

 

 

Journaliste-rédactrice