Taxe sur les chiens

L’impôt sur les chiens a-t-il existé en France ?

Taxe sur les chiens
Certains pays comme l’Allemagne, la Suisse ou les Pays-Bas taxent les canidés, quand est-il de la France?

Alors que le 28 juillet 2014 était censé être le jour de la libération fiscale, à partir de laquelle les contribuables travailleraient pour eux et non plus pour l’État. Examinons les pays où les chiens étaient ou sont encore taxés.

Un impôt sur les chiens a bel et bien existé en France au XIXe siècle. Créer un 1855 ce dernier a été supprimé à la fin des années 1970.

Cette taxe était recueillie par les communes en même temps que la taxe d’habitation. Le but était de dissuader la possession de chiens afin de réduire le nombre d’accidents qu’ils étaient censés causer.

Les chiens étaient classés par catégorie et la taxe était étudiée en fonction du poids et de la taille de l’animal.

Allemagne, Suisse, Pays-Bas : les maîtres de chiens passent à la caisse

Dans certains pays comme l’Allemagne, cette taxe sur les chiens existe encore avec un montant différent selon les länder (division administrative) par exemple.

La Suisse n’est pas en reste car, l’impôt sur les chiens y est perçu chaque année par le canton et /ou par la commune de résidence. Cet impôt est fixe mais peut varier dans certains cantons en fonction de la taille ou du poids du chien. Au sein du même canton, le montant de l’impôt peut parfois varier d’une commune à l’autre. Néanmoins des exonérations ou des allégements sont accordées dans certains cas précis : chiens guides d’aveugles, chiens de sauvetage, etc.

Aux Pays-Bas les propriétaires de chiens doivent déclarer l’existence de leur chien en marie dans un délai de 14 jours ouvrés. Ils sont imposés à une taxe annuelle par chien. Le montant varie selon les municipalités (jusqu’à 117 € pour un chien en moyenne).

O POILS MAG