L’ours Mischa secourut par le zoo-refuge La Tanière à Nogent-le-Phaye

Les conditions de vie de l’ours Mischa avaient été filmées puis diffusées sur internet par l’association One Voice afin de condamner l’esclavagisme sur la situation des animaux au sein des cirques. Ce samedi l’un d’eux a rejoint un centre de protection afin d’y être soigné.

 

La menace d’une procédure de saisie de l’animal, exploité comme deux  de ses congénères par une compagnie de dresseurs d’ours du Loir-et-Cher, en cas de non-respect de l’injonction aura porté ses fruits.

Le plantigrade est arrivé ce samedi après-midi près de Chartres au sein d’une structure accueillant déjà plusieurs animaux résultant de divers sauvetages.

 

Une expertise vétérinaire alarmante

 

Face à ces images “insoutenables”, la ministre de la transition écologique et solidaire avait demandé une série d’examens auxquels a participé Florence Ollivet-Courtois, la vétérinaire du zoo-refuge La Tanière. Vendredi 13 septembre, le propriétaire de Mischa a sollicité Patrick Violas, fondateur du zoo refuge, pour lui confier son ours, qu’il a tenu à amener lui-même avant saisie.

 

Le fondateur du zoo déclare  : “Mischa a des blessures aux pattes, aux griffes, au nez. Nous lui avons fait une radio, il présente une masse noire au niveau des poumons qui est très inquiétante.” À La Tanière, l’ours, âgé de 22 ans, a reçu dans un premier temps un traitement antibiotique et ses pattes ont été protégées d’argile pour soigner et assainir ses blessures. “Il a mal aux pattes, alors nous lui avons apposé un tapis en caoutchouc pour le soulager”, précise Patrick Violas. L’équipe vétérinaire ne peut pas pratiquer d’anesthésie actuellement, car l’ état de l’ours est jugé trop critique pour pouvoir la supporter, assure une source au Parisien.

La vétérinaire du zoo-refuge La Tanière a rédigé un rapport pour le ministère de l’Environnement.

 

Une plainte pour l’ensemble des animaux de ce cirque

 

« Une quatrième plainte va être déposée pour tous les animaux du cirque », a confié Muriel Arnal, fondatrice de One Voice : « nous nous appuierons sur les témoignages de personnes ayant elles-mêmes constatées l’état déplorable des animaux, et souhaitant se joindre à cette action. Des êtres vivants détenus dans de véritables cachots, exposés au froid en plein hiver, à la canicule en été, souffrant de malnutrition, sans accès à de l’eau potable, nourris avec des fruits avariés. »

 

Le message d’espoir sur twitter de One Voice : Nous remercions @Elisabeth_Borne (ministre de la transition écologique) d’avoir répondu mais lui demandons d’aller plus loin et d’agir aussi pour Bony & Glasha. Il est inconcevable de laisser ces 3 ours et tous les animaux aux mains de leurs tortionnaires. Le combat continue.

O Poils Magazine