Protections anti Covid : nouvelle pollution préjudiciable pour les animaux

Depuis le début de la pandémie, l’humain a pris de nouvelles coutumes. Les masques et les gants latex font partie de notre quotidien afin de se protéger du virus SARS-CoV-2. Des scientifiques s’alarment quant à cette nouvelle source de pollution.

 

Une étude éloquente

Environ 129 milliards de masques et 65 milliards de gants sont utilisés mensuellement. Conclusion : une pollution grandissante et béante de ces protections à usage unique est-ce même dans des endroits inhabités de la planète. La vie de nombreuses espèces est en péril.

L’étude révèle que des primates auraient été observés en train de mastiquer des masques, des poissons ainsi que des oiseaux se trouvent entortiller dans ces protections à usage unique. L’étude est sérieuse car elle se base sur des observations bien réelles d’ornithologues, centres de sauvetage dédié à la faune sauvage, ramasseurs de déchets.

 

Depuis avril 2020 les victimes s’enchainent…

Un merle d’Amérique avait perdu la vie courant avril 2020 car, il s’était embrouillé dans les ficelles d’un masque facial en Colombie-Britannique. Moult exemples identiques ont été relevés depuis. Ormi les poissons et les oiseaux, d’autres espèces demeurent éprouvés par cette pollution. Hérissons, crabes, chauves-souris, renards, chiens, chats, et la liste est non exhaustive à ce jour.

 

L’importance de réaliser les dégâts         

Les scientifiques s’inquiètent de cette nouvelle pollution en précisant que nous sommes toujours en période de pandémie, et qu’il est urgent que la conscience humaine  soit de mise. Les responsables de cette étude sollicitent le public à témoigner via  www.covidlitter.com lors d’observations d’espèces victimes.


journaliste, rédactrice en chef

 

 

 

 

 

Gerset Bénédicte

Journaliste-rédactrice

 

Laisser un commentaire