Suite à l’autorisation des silencieux, quels sont les moyens de chasse autorisés?

L’utilisation de silencieux afin de chasser le gibier et abattre les animaux nuisibles étant autorisés depuis 2018, voici le listing des armes et moyens de chasse qui restent interdites.

l’emploi de canne-fusil,

l’emploi de gaz explosif ou toxique injecté dans les terriers,

l’emploi d’armes à feu non susceptibles d’être épaulées sans appui,

l’emploi des armes à air ou gaz comprimé (armes à vent),

l’emploi de toutes autres armes que les armes à feu ou les arcs,

l’emploi de toutes armes à rechargement automatique permettant le tir de plus de trois coups sans réapprovisionnement,

l’emploi de la grenaille de plomb dans les zones humides,

l’emploi de toute arme munie d’un dispositif fixe ou amovible comportant des graduations ou des repères de réglage de tir pour les distances supérieures à 300 mètres,

l’emploi de sources lumineuses et de miroirs de nature à faciliter la capture ou la destruction du gibier,

– l’emploi de tout dispositif électrocutant,

– l’emploi pour le tir des ongulés de toute arme à percussion annulaire ainsi que celui d’armes rayées à percussion centrale d’un calibre inférieur à 5,6 millimètres ou dont le projectile ne développe pas une énergie minimale de 1 kgjoule à 100 mètres.

– la chasse à tir de la perdrix ou du faisan au poste, soit à l’agrainée, soit à proximité d’abreuvoirs,

– la chasse à tir du gibier d’eau à l’agrainée,

– la chasse à la bécasse à la passée ou à la croule,

– le déterrage des marmottes,

– l’emploi de chiens lévriers pur sang ou croisés,

– l’emploi de chiens molosses pur sang ou croisés ainsi que les chiens dangereux (pitbulls, Rottweilers etc.),

– la chasse à tir des ongulés à proximité immédiate de dépôts de sel ou de dispositifs d’affouragement,

– sauf dans certains départements (voir arrêtés préfectoraux en mairie), la chasse en battue ou traque et par l’emploi de chiens du chamois, de l’isard et du mouflon.

L’emploi de silencieux n’est plus interdit depuis l’année 2018.

Autres règles :

– l’utilisation du furet pour la chasse du lapin est soumise à autorisation individuelle du préfet,

– l’emploi de toxiques, poisons ou drogues est interdit sauf autorisation préfectorale dans des cas précis,

– la chasse sur les chemins de halage et de marchepieds est interdite (articles L2131-2 et L2131-3 du code général de la propriété des personnes publiques),

– toute arme de chasse ne peut être transportée à bord d’un véhicule que placée sous étui ou démontée et dans tous les cas, elle doit être déchargée (idem pour les arcs).

– il est interdit en action de chasse et pour la destruction des animaux nuisibles, y compris pour le rabat, l’emploi d’aéronef (ce qui inclus les drones), de tout engin automobiles y compris agricoles et bateau à moteur.

Référence : arrêté du 1er août 1986 relatif à divers procédés de chasse et de destruction des animaux nuisibles, mis à jour au 21 août 2018.

 

L’usage des dispositifs silencieux un accord qui divise

 

Au grand dam des défenseurs de la faune sauvage l’arrêté fait suite à une revendication de longue date visant à protéger l’ouïe des chasseurs qui rechignent à porter des protections auditives lors de parties de chasse.

L’Aspas (Association pour la protection des animaux sauvages) estime que “tuer sera encore plus facile, pour les chasseurs”: en battue ou à l’approche, ils pourront tirer sans faire fuir les animaux, et multiplier les cartons”. “Pour les braconniers, c’est une permission encourageante”, ajoute l’association, qui craint que “ce nouveau cadeau de l’État entériné l’an dernier en faveur des chasseurs” et que cela complique la tache de l’Office national de la chasse et la faune sauvage (ONCFS), et aussi nuise à la sécurité des promeneurs.

O Poils Magazine

Laisser un commentaire