Tchernobyl : Zoom sur la combativité des animaux présents sur le site

 

 

 

les chiens de Tchernobyl

Résumé :

Plus de Trente ans après la catastrophe nucléaire, et au cœur de la zone d’exclusion environnante de la centrale, faune et flore se côtoient. La nature a en quelque sorte repris ses droits. Léa Camilleri (youtubeuse) accompagné du réalisateur Hugo Chesnel nous offre un documentaire stupéfiant!

 

Le 26 avril 1986 des milliers de personnes fuit en urgence avec pour somation de laisser leur animal de compagnie. Les habitants pensaient pouvoir rentrer les jours suivants, ils ne rentreront jamais…

Quelques heures plus tard, des centaines de chiens se retrouvent abandonnés. Suite à l’évacuation de la population, des militaires sont envoyés sur place pour tuer les animaux, néanmoins beaucoup d’entre eux ont survécu.

Dans le documentaire « Dogs of the Chernobyl », c’est l’histoire anonyme des descendants des chiens restés sur place.

En 2020 nous sommes entre la 10e et 12e génération de canidés. Leur existence est extrêmement dure : conditions climatiques, manque de nourriture, absence de soins, maladies, et prédation des loups. Bref, les chiens de Tchernobyl ont une espérance de vie de cinq années tout juste.

 

L’association Clean Futures Fund (CCF) au chevet des chiens

Quotidiennement l’association s’aventure sur place afin de s’occuper des chiens. Elle a organisé des campagnes de vaccinations, et de stérilisation. Il y avait une certaine urgence à réduire la population de chiens. Près d’un millier en 2006 contre environ 600 aujourd’hui. Grâce à Clean Futures Fund une cinquantaine de chiots a été adopté outre-Atlantique.

Ce documentaire permet au spectateur de comprendre l’envergure du désastre, mais encore de constater une fois de plus l’intelligence du chien, qui depuis a été contraint de retrouver une vie sauvage.

O Poils Magazine

Documentaire :