Un élevage de chiens dans le viseur d’une association de défense des animaux

maltraitance sur husky

Romagny-Manche

Les faits se déroulent à Romagny dans la Manche, ou un cas de maltraitance sur des chiens de race husky a été signalé. L’association Stéphane Lamart saisie de l’affaire a déposé plainte le 16 décembre dernier.

 

La plainte pour cause de maltraitance déposée à la gendarmerie de Coutance (Manche) concerne l’élevage des Perles d’Haiti situé à Romagny. L’alerte a été lancée par l’association Brigitte de l’Espoir et concerne 70 canidés.

 

Troubles du comportement et gros retard de croissance

 

Le Président et fondateur Stéphane Lamart brosse une description désastreuse quant à l’état de chiens. « Les animaux ne sont pas en bonne santé. Les chiens présentent tous des retards incroyables de croissance et un poids gravement inférieur à ce qu’il devrait être à leur âge. Ils présentent tous des problèmes comportementaux et un état très négligé».

 

L’association Stéphane Lamart condamne l’éleveur de «détenir des animaux dans des conditions contraires au bien-être animal et s’appuie sur l’arrêté du 25 octobre 1982 relatif à l’élevage, à la garde et à la détention des animaux ».

Divers certificats de vétérinaires ont d’ores et déjà été établis concernant 6 chiens. Âgés de 12 à 14 mois, ils présentent un poids situé entre 8 et 14 kg, stature qui correspond logiquement à des chiots de 3 à 6 mois.

 

« Pour le parquet, il n’y a pas d’urgence à retirer les chiens »

Trois personnes ont attesté des conditions de détention «affligeantes» pour ces animaux.

« Les chiens sont terrifiés et cherchent à fuir lorsque l’éleveur les approche pour nous les confier. L’état sanitaire des lieux laisse plus qu’à désirer, les chiens vivent au milieu de leurs excréments, pataugent dans la boue, et sont détenus dans des box qui ne sont plus en norme».

 

Alerté de la situation, le procureur de la république n’a pas fait procéder à une saisie des canidés, en argumentant qu’il n’y a pas d’urgence malgré les supports présentés (photos, vidéos, attestations, certificats vétérinaires.

 

O Poils Magazine  

2 thoughts on “Un élevage de chiens dans le viseur d’une association de défense des animaux